AMBUSH

Information

This article was written on 14 Oct 2010, and is filled under Articles rédigés, Editos du magazine En-Contact.

Current post is tagged

, , , , ,

Till victory,

Édito – En-Contact 59 :

On a tous le choix, toujours ou quasiment ; du moins, devons nous le penser, y croire afin que chaque nouvelle journée nous trouve plein d’entrain et d’allant.

Vous pouvez donc, en cette fin d’année, si vous êtes Directeur de quelque chose, sacrifier encore une fois à l’exercice de la préparation du budget dans lequel vous aurez tordu le cou aux chiffres et à la réalité en faisant croire qu’avec moins d’agents au téléphone et plus de temps d’attente, vous produisez de la relation client qualitative et respectueuse du client ; vous pouvez passer du temps dans les avions à aller chercher, très au sud de l’Afrique ou à Tataouine, des ressources – on ne dit même plus des hommes – encore moins chères, pour traiter les millions de mails de prospects que le marketing éhonté et les campagnes de pub produites par une agence surpayée aura suscités.

Vous pouvez, si vous êtes Ministre, organiser des Assises de la relation client en sélectionnant soigneusement les invités afin que cet entre-soi ne génère aucune parole dissonnante, ressortir avec un emballage à peine modifié, un train de mesures qui n’est qu’un copié collé ou presque des dispositions du plan Borloo de 2004 dont la mise en place s’est perdue dans les comités de pilotage nationaux, puis provinciaux, puis ruraux et enfin vicinaux et le combat cessa faute de combattants.
Vous pouvez, Superviseur, choisir d’offrir, après beaucoup de réflexion, encore une fois des chèques Décathlon ou bons d’achat Leclerc à vos équipes qui n’ont pas démérité…
Vous pouvez, si vous avez gardé un peu de jeunesse et de rock’n roll en vous, céder à a tentation d’offrir Life, le énième livre de confessions d’une rock star, Keith Richards avec à l’intérieur beaucoup de cocaïne et de petites culottes de groupies. Intêret proche de limite zéro.
Ou…
Pour ma part, j’ai adoré et je n’ai pas fini le bouquin d’une dame dont quelques uns des disques ont, même sur une platine ou un magnéto pourri, illuminé mes années 80 : Wave, Radio Ethiopia, Easter.
« Take arms, take aim. Be without shame. No one to bow to, to vow to, to blame. Legions of light, virtuous flight. Ignite, excite. God, do not seize me please, till victory ».
Easter, sorti en 78, démarrait avec un morceau bruyant, le genre de truc qui annonce la couleur, produit par Jimmy Iovine et enregistré au Record Plant studio par Thom Panunzio, ça parlera peut-être à certains : Till Victory.
De temps à autre, dans ce genre de studio et à cette époque, un type à côté qui fait du rock lui aussi, qui vient lui aussi du New Jersey et lui aussi d’un milieu modeste, vous refile une chanson d’amour qu’il a enregistrée… mais dont il ne veut pas sur son album, très noir .
Sur Promise, qui vient de sortir, on dispose enfin de la version originale enregistrée de ce morceau avec le E Street Band .
Ces livres, morceaux, auteurs ou musiciens ? ils s’appellent « Just Kids », « Because the night », Patti Smith, Bruce Springsteen. Je vais passer un sacré bon Noël.
Et vous, vous avez le choix !

Manuel Jacquinet


« Ma mère travaillait dur comme serveuse, elle faisait en plus du repassage pour les autres. Mon père était ouvrier ; j’ai grandi dans un quartier très pauvre du sud du New Jersey, où les gens étaient des travailleurs manuels qui s’épuisaient à la tâche. Très jeune, j’ai décidé que cette vie n’était pas pour moi, que je contribuerai à la société par l’art ».

Patti Smith,

Entretien accordé aux Inrocks.

5 Comments

  1. Moustic
    15 avril 2011

    C’est vrai ça je suis surpris que vous ne vous adressez pas aux téléconseillers « de base »

  2. Hubert
    28 mars 2011

    Manuel Jacquinet a raté une carrière de critique musical ! C’est le Philippe Manoeuvre de la relation client …

  3. Serrgio
    9 mars 2011

    Si vous êtes directeur, si vous êtes ministre, si vous êtes superviseur… et si vous êtes téléconseiller, vous lisez Gala ?

  4. Fantasio
    8 mars 2011

    Patti Simth n’a plus la flamme… comme ses collègues, elle fait des disques alimentaires, parce que c’est son métier…The Coral Sea est presque navrant.

Laisser un commentaire

*