AMBUSH

Information

This article was written on 08 Juin 2010, and is filled under Articles rédigés, Editos du magazine En-Contact.

Lectures d’été

Édito : En-Contact 57

Je sais, je vais encore vous ennuyer mais c’est pour la bonne cause : c’est pour que vous puissiez vous préparer pour la rentrée, ou plus important, essayer de conserver votre poste au-delà du 31 décembre 2010. Interrompez-vous toutes affaires cessantes dans la lecture du dernier S.A.S, Marc Levy ou du Je ne sais pas maigrir de Pierre Dukan, ou laissez tomber A la recherche du temps perdu – de toute façon, chaque année, vous vous promettez de le finir et vous n’y parvenez jamais!
Lisez plutôt quelques uns des ouvrages récents écrits par d’anciens fonctionnaires ou d’anciens salariés de Pôle Emploi : vous y apprendrez qu’on peut être débordée dans un conseil régional en travaillant 35 heures par mois ou être au contraire réellement débordé lorsqu’on a 120 demandeurs d’emploi à suivre dans certaines agences de Pôle Emploi alors que la recommandation pour un travail qualitatif se situerait plutôt à 70 chômeurs par conseiller.

Plus studieux, parcourez également le dernier rapport de la Cour des Comptes, dans lequel son président Didier Migaud décrit avec justesse ce que doit être la priorité de La Poste : améliorer la Relation Client au guichet notamment, dans la distribution du courrier aussi… tout en réduisant les coûts. (voir extrait sur notre site).
Ahah ! vous pensiez que vous étiez le seul à devoir gérer ce type d’objectifs contradictoires – la bonne nouvelle c’est que vous faites partie d’un grand club.

« La Poste a beaucoup changé depuis le constat plutôt sévère porté par la Cour en 2003 ».
« La Cour a souhaité mettre l’accent dans son rapport sur deux insuffisances persistantes : la qualité du service d’une part, la réduction des coûts d’autre part ».
« La qualité du service rendu doit sensiblement progresser au cours des prochaines années ».

Après ces mises en bouche, plongez-vous dans la double page du Parisien du 11 Juillet, où l’on apprenait que le gouvernement a décidé de s’attaquer à cette fâcheuse manie d’installer des centres d’appels à l’offshore. Il y aurait même à la rentrée des assises organisées pour s’occuper de ce vaste sujet.

Pour ma part, j’ai pris une sage résolution depuis quelques années : je fais suivre mes quotidiens favoris sur mon lieu de villégiature ; il suffit d’un coup de fil au service abonnés des Echos, du Figaro, du Parisien, de Rock and Folk… et figurez-vous que, même au mois d’août, ça répond vite dans ce type de services. La Poste parvenant même à me livrer mon kilo de papier quotidien dans ma montagne perdue, je me dis que tout ne marche pas si mal : en France, on est d’affreux râleurs.
Bonne rentrée !

Manuel Jacquinet

3 Comments

  1. Fanny
    15 avril 2011

    Mu « absolument débordée », ça me rappelle beaucoup un livre paru il y a une dizaine d’années d’une employée d’edf

  2. Gonzague
    14 avril 2011

    Aaaaaah… le service client à la sauce postale… les colissimo 48h qu’on ne peut aller chercher à son bureau de poste que 72 heures… après la première présentation du colis quand on n’est pas chez soi parce qu’on bosse

  3. Droodle
    28 mars 2011

    le vrai problème de la poste c’est le démantèlement des RH, qui fait qu’on n’a plus du tout la même qualité de service client, ni la même amabilité selon qu’on tombera sur un intérimaire, un soustraitant, un contractuel, un cdisé, un fonctionnaire (oui il en reste…)
    Quel attachement un intérimaire qui fait son boulot pendant 15 jours aura-t-il à vous donner le courrier avec le sourire de votre facteur qui passait sa carrière dans le même bureau ?

Laisser un commentaire

*