AMBUSH

Information

This article was written on 12 Sep 2008, and is filled under Articles rédigés.

Le Figaro économie – Le cinéma s’intéresse aux histoires de centres d’appels

La vie mouvementée des « call centers », sujet d’une comédie qui sortira en salle début 2009.

AVEC ses serveurs vocaux qui ne mènent nulle part ou vous mettent les nerfs en pelote (– Vous êtes déjà client, tapez 1… et poireautez… Vous voulez vraiment qu’on s’occupe de vous, tapez 2 !), ces téléconseillers du bout du monde, très serviables, mais pas toujours spécialistes du plan de Paris (– Bonjour, je suis aux Champs et je voudrais un taxi pour Montparnasse… – Pardon vous pouvez répéter s’il vous plaît ?), ces hot lines inaccessibles où le crétin n’est pas toujours celui qu’on croit (– Bonjour, voilà j’ai cliqué sur Nespresso dans mon menu mais je n’arrive pas à me connecter. – Nespresso, vous voulez dire Netscape ?), l’univers ubuesque des centres d’appels prête souvent à pleurer ou à rire. More...

La preuve bientôt en images avec une comédie que deux jeunes entrepreneurs du secteur ont décidé de produire : « Ça fait des années que nous entendons des histoires incroyables ou absurdes que les téléconseillers nous racontent; parfois, elles sont mêmes enregistrées. Nous avons eu envie de montrer l’envers du décor des centres d’appels, ce condensé de relations humaines, de technologies et de tensions qui est beaucoup plus drôle que ce que les médias décrivent traditionnellement », déclarent les deux associés de 118 Productions. La curiosité des diffuseurs Après avoir réuni plus d’un million d’euros, rassemblé les anecdotes les plus mémorables et fait travailler deux scénaristes professionnels pendant presque un an, les producteurs excitent aujourd’hui la curiosité des diffuseurs. « La force de notre comédie, c’est qu’elle exploite un sujet jusqu’ici jamais abordé, alors qu’il concerne quasiment tout lemonde aujourd’hui, et qu’elle est inspirée de faits réels. La vraie vie est souvent plus romanesque que la fiction », explique Daive Cohen, l’un des deux scénaristes. Pour jouer les premiers rôles, pas de grandes vedettes mais des acteurs de talent. Certains ont d’ailleurs travaillé dans les sociétés de télémarketing ou instituts de sondage qui recrutent souvent parmi les intermittents du spectacle. En tête d’affiche, Booder, le jeune comique qui a rempli le Théâtre du Gymnase récemment, sera l’un des héros du film. Télévendeur de génie, il contribuera à sauver de la perdition un centre d’appels auvergnat en dysfonctionnement total. Sortie prévue : début 2009 dans les cinémas, à moins que la télévision ne s’empare du sujet pour en faire une série…

MANUEL JACQUINET (*)

* Manuel Jacquinet est rédacteur en chef du magazine En contact, www.en-contact.com

3 Comments

  1. Droodle
    5 mars 2011

    Comme d’habitude, on est en retard d’une guerre, après les US qui ont fait Slumdog Millionaire, The Other End of the Line, et la série Outsourced sur ce sujet.
    Mais si on peut ajouter un peu d’originalité, pourquoi pas

  2. rocco
    6 novembre 2008

    drôle de sujet mais vrai challenge
    je sais jouer la comédie
    on m’engage pour tenir le premier rôle ?
    salut, rocco

  3. geraldx
    4 novembre 2008

    ce sera certainement assez drôle de voir des scènes où des appelés et des appelants vont se crêper le chignon jusqu’à finir par se détester
    ne croyez pas que je sois fou des gens qui s’engueulent mais bon, c’est quand même pas mal comme programme !!
    allez, au revoir
    geraldx de paris

Laisser un commentaire

*