AMBUSH

Information

This article was written on 12 Août 2005, and is filled under Editos du magazine En-Contact.

Current post is tagged

,

En été, décrochez !

Je dois une fière chandelle à cet homme là ; il ne me connaît pas et moi non plus d’ailleurs mais depuis New York où il sévit depuis, parait-il presque quarante ans, c’est bien lui qui, malgré son nom à coucher dehors (Bruce Lundvall) a découvert quelques artistes majeurs et produit quelques uns des 33 tours (aujourd’hui des CD) qui ont changé ma vie (et peuvent changer la vôtre ! )

Wynton Marsalis, Van Morrison, Bruce Springsteen, Bobby Mc Ferrin, excusez du peu… Lui même doit beaucoup et il l’avoue à son père spirituel, John Hammond (le producteur qui un jour dénicha un rebelle barbu en blouson noir, dans le New Jersey et a osé déclaré : j’ai rencontré le futur du Rock’n Roll : il s’appelle Bruce Springsteen). Mais qu’est-ce que ça à voir avec les centres d’appels, il est fou Jacquinet. Allez au bout, suivez un peu !

2002 ; le label Blue Note (dirigé par B. Lundvall) produit et sort le
1er album d’une jeune inconnue : Norah Jones. 16 millions d’albums. No comment…
Quand on demande à ce sexagénaire s’il existe un secret pour la réussite, Bruce confie pèle-mêle « que pour faire un artiste ça prend du temps »
« qu’il faut faire confiance à son instinct »… « oublier les chiffres et plutôt savoir écouter ».
Le début de sa carrière ? 1967, New-York. Il appelle un manager de Columbia, lui propose de travailler gratuitement. « On vous rappellera » lui répond on. Le soir même, le téléphone sonne. « Vous commencez lundi, 80 dollars/semaine »
En 2002, pour Norah Jones, c’est lui qui, devenu patron de Columbia et Blue Note décrochera le téléphone.
« Comment l’avez-vous découverte ? »
« J’ai répondu à un coup de téléphone, ce que les producteurs ne font plus. Une voix de femme me disait : Monsieur Lundvall, vous devez absolument écouter une chanteuse pianiste que j’ai vue se produire dans un café. Elle est extraordinaire*… »

C’est l’été et donc l’époque où les magazines sérieux sont censés délivrer de judicieux conseils : minceur, lecture pour la plage etc…
A la lumière de mes petites histoires, vous pouvez deviner les nôtres :
sur la route des vacances, arrêtez-vous dans le festival de votre choix (Juan, Marciac…. Montreux) écouter du jazz ou autre chose ; le swing, ça change des âneries qu’on entend partout et si vous êtes de garde au bureau, décrochez quand ça sonne. C’est poli… et c’est peut-être la future Norah Jones de votre équipe !

Manuel Jacquinet

* Interview accordée à l’Express en avril 2005

Laisser un commentaire

*