AMBUSH

Information

This article was written on 19 Déc 2012, and is filled under A lire, Articles rédigés, Editos du magazine En-Contact.

Edito du magazine #71 : Une photo et 13 ans à l’affiche !

Le commencement – En-Contact fête ses 12 ans

Je me rappelle comment l’histoire a débuté.

Je dirigeais alors une société de conseil et de formation (Colorado, l’Ecole du télémarketing, devenue plus tard Colorado Conseil et Formation) et j’étais très frustré de ne pas trouver beaucoup d’informations indépendantes sur notre secteur, nos activités et les problèmes qui les traversaient. A l’époque déjà, le recrutement de personnel qualifié s’avérait une question majeure, à tel point qu’un entrepreneur rusé et rapide, Alain Added, en avait fait un vrai business, professionnel : Reccatel, le salon de recrutement pour les centres d’appels. Cinq ou six business angels m’avaient déclaré leur intérêt quant à un projet de création d’un magazine spécialisé sur le secteur.

On était en 2000, en pleine folie des start-ups du web : des yetties* pouvaient lever en quelques jours avec quelques slides… des millions d’euros et déclencher des campagnes de pub ahurissantes et très onéreuses. Mais entre les premières discussions, initiées en mars 2000, et la rédaction d’une LOI (Letter of Intent) censée formaliser les accords et les apports préalables à la création de ce magazine, un bombardement nucléaire intervenait : la folie du web se dégonflait, on commençait à découvrir que ces boîtes construites sur du sable ne rapportaient rien – elles explosaient même en vol après avoir atteint un seul mur du son, celui du plus important CBR (cash burn rate, le taux de consommation de trésorerie mensuel).

 

Les first-movers

Je vous la fais courte : au dernier moment, quand il s’est agi de mettre des sous, j’étais tout seul… Mais convaincu néanmoins qu’il y avait un véritable avenir à produire du contenu indépendant sur les technos, les acteurs, les financiers dans le secteur des centres d’appels et des services clients. Nous étions deux pour écrire tous les articles, et quelques first movers nous ont filé un coup de main en achetant les premières publicité (Jean-David Bénichou de Viatelecom, Denis Fournier d’Eyretel, Maxime Didier de b2s puis Anthony Dinis de Vocalcom). Merci à eux, et à tous ceux en général qui contribuent à aider des projets à se lancer (Ceci dit, certains ne l’achetaient pas cher, leur pub car les first movers sont aussi en général de très bons négociateurs !)

 

Numéro spécial 12 ans 

Douze ans après, nous donnons, dans un cahier spécial, à l’aube d’une année qui sera certainement mémorable, la parole à quelques grands témoins de ces douze années. Ils les ont vécues, traversées, et continuent d’être dans le métier. Pourquoi ?

Nous avons également questionné quelques lecteurs. Pour une fois donc, ce sont eux qui mènent l’interview. Et nous avons également récupéré quelques vieilles couvertures, certaines déjà avaient fait jaser… (à voir sur notre site web)

 

Et l’avenir ?

Un credo : rester indépendant. Plus que jamais, je le crois, les citoyens, les entrepreneurs, les usagers ont besoin d’avoir confiance dans les médias, dans ce qu’ils disent. En presse professionnelle c’est la même chose. Nick Cohen, journaliste anglais, explique très bien – voir page – 8, les différences entre la presse de son pays et celle du nôtre. Et dans ce domaine, on peut tirer des leçons des pratiques britanniques.

Une bonne nouvelle : l’an prochain, le magazine disposera d’une version internationale. Parce que, qu’on se le dise, ce business est mondial ! Nous étions d’ailleurs au Salon Africain des Centres d’Appels et de la Relation Clients – première édition – en tant que partenaires. (24 pages de cahier spécial seront jointes au prochain numéro).

Un beau magazine et un site multimédia intégrant désormais chaque semaine de nouvelles interviews filmées. Un magazine illustré,  si possible avec de jolies photos et des couvertures dont on se souvienne (Celle du mois aura au moins un mérite : les méchantes langues pourront dire que nous sommes devenu le Playboy de la profession et moi l’espace d’un instant, je me serai cru Hugh Hefner.)

Notre objectif ? Passer l’année qui vient, déjà, pour parvenir au cap des treize ans…

 

13 ans à l’affiche

En 1973 en effet, une jeune inconnue, arrivée de nulle part, allait transformer pour toujours le cinéma érotico-chic, mettre sur orbite sa carrière et celle de son mentor, tout aussi inconnu alors, Just Jaeckin. Simplement assise sur sa chaise, elle allait parvenir à rester treize ans à l’affiche d’un cinéma des Champs Elysées. De nos jours, c’est avec des SMS ou des Tweets que certaines femmes deviennent médiatiques. A t-on perdu au change ? Les médias sociaux dont on nous rebat les oreilles feront-ils mieux qu’une seule bonne photo ? On verra dans treize ans.

Good Bye Emmanuelle.

 

Manuel Jacquinet

 

*contraction de young entrepreneurs in technology

Laisser un commentaire

*